5 oiseaux à observer dans son jardin en automne

Identifier

L’automne est une saison fabuleuse et notamment concernant l’observation des oiseaux ! Durant cette période, la migration des passereaux bat son plein: de nombreux individus s’étant reproduit dans les régions nordiques rejoignent nos régions pour y passer l’hiver. A cette migration se mêlent de nombreux juvéniles qui prennent leur autonomie et s’éloignent du territoire où ils sont nés. Souvent peu farouches car encore inexpérimentés, ils sont plus faciles à observer. 

L’automne est donc la saison idéale pour jeter un coup d’œil plus attentif en direction de votre jardin et d’y rechercher les espèces présentées ici ! 

Le Rouge-gorge

Le rouge-gorge, un oiseau à observer en automne dans le jardin, sujet du bird-blog d'une histoire de plumes

Un classique parmi les oiseaux des jardins, me direz-vous ! Avec son plastron rouge, ce passereau de pourtant petite taille (14cm et 20g sur la balance) en impose et n’hésite pas à adopter un comportement vindicatif pour se faire respecter.

S’il est particulièrement « combatif » au printemps, il reste tout aussi véhément à la mauvaise saison. Il est rare d’observer deux rouges-gorges dans le même jardin ou, si c’est le cas, cette situation ne dure jamais bien longtemps: l’un deux finira par chasser l’autre.

Contrairement au printemps, en automne, il ne s’agit plus de défendre un territoire abritant un partenaire et sa couvée mais un territoire riche en ressources alimentaires. En effet, trouver un territoire recélant des ressources alimentaires accessibles est une condition indispensable pour survivre à l’hiver arrivant.

Si les rouges-gorges restent sur leurs gardes durant l’automne pour défendre leur territoire, c’est parce que des « intrus » débarquent à cette saison ! En effet, le Rouge-gorge familier est une espèce dite « migratrice partielle ». Sous nos latitudes, ils sont le plus souvent sédentaires: les conditions de vie leur permettent de trouver de quoi se nourrir tout au long de l’année. Mais dans le nord de son aire de répartition, le Rouge-gorge est migrateur : il quitte ses aires de reproduction devenues inhospitalières pour descendre vers le sud (Espagne, pourtour méditerranéen, abords du Golfe Persique) et va rejoindre nos jardins en escale migratoire. Nos « locaux » sont peu ravis de ces arrivées intempestives, d’où des prises de bec fréquentes. 

La prochaine fois que vous observerez « votre » Rouge-gorge, pensez qu’il s’agit peut-être d’un oiseau norvégien ou suédois en route pour sa résidence d’hiver!

Conseil d’observation : très à l’aise dans les buissons, le Rouge-gorge vadrouille beaucoup au sol, à la recherche de nourriture. De plus, pour bien signifier sa présence aux nouveaux arrivants, le Rouge-gorge est bavard: impossible de ne pas l’entendre !

Le Merle noir

Le merle noir, un oiseau à observer en automne dans le jardin, sujet du bird-blog d'une histoire de plumes

Encore un grand classique des oiseaux des jardins! Le Merle noir est un oiseau que l’on reconnait facilement à sa taille plutôt importante par rapport aux autres passereaux des jardins (27cm et environ 100g sur la balance). Chez le mâle, le contraste entre le plumage noir mat et le bec jaune facilite son identification.

On observe chez cette espèce un dimorphisme sexuel : le mâle présente un aspect différent de celui de la femelle. Si Monsieur est tout en contraste, Madame est plus « passe-partout », avec un plumage brun, strié sur le dessous, un peu comme une Grive. Ce plumage peut varier selon les individus: une teinte chamois peut être présente de façon plus ou moins prononcée sur le dessous. Enfin, le bec de la femelle est sombre.

Chez le Merle noir, seules les populations les plus nordiques sont migratrices, la probabilité que le Merle noir qui fréquente votre jardin soit présent à l’année est forte.

Cette espèce est intéressante à rechercher dans son jardin en automne pour deux raisons. Tout d’abord, elle n’est pas très farouche et se laisse donc observer très facilement. Elle recherche sa nourriture au sol, sautillant et retournant les feuilles mortes (avec grand bruit !). De plus, les juvéniles nés de la deuxième voire de la troisième nichée sont actuellement en pleine émancipation. Ils découvrent la vie sauvage et explorent de nouveaux territoires à la recherche de nourriture. Parce qu’ils sont encore moins farouches et peu expérimentés, on peut les observer encore plus longtemps farfouiller, un peu gauchement, la végétation en quête de quelques vers ou insectes.

Conseil d’observation : A observer au sol, au pied des haies, près des tas de feuilles mortes. Parce qu’ils sont peu craintifs, les jeunes merles peuvent facilement se faire attaquer par des chats agiles. Attention à la cohabitation !

La Grive musicienne

La grive musicienne, un oiseau à observer en automne dans le jardin, sujet du bird-blog d'une histoire de plumes

Cousine du Merle noir, membre comme elle de la famille des Turdidés, la Grive musicienne s’observe également dans les jardins, en particulier à cette saison. Mais contrairement à lui, elle est beaucoup plus discrète et craintive, elle ne se laisse pas approcher facilement.

Si elle préfère les milieux forestiers pour sa reproduction, elle n’hésite pas à se rapprocher des parcs et des jardins en période de migration. Recherchant sa nourriture au sol, elle a besoin de milieux ouverts où elle pourra y dénicher des baies, des petits fruits et des insectes.

Comme le Rouge-gorge familier, la Grive musicienne est un migrateur partiel. Les populations se reproduisant le plus au nord migrent vers le pourtour méditerranéen (Espagne, Italie, Maghreb, sud de la Turquie, Moyen-Orient) et autour de la mer Rouge et du golfe Persique. On peut la voir actuellement, en étapes migratoires, dans nos jardins.

Conseil d’observation: à rechercher au niveau du sol. Contrairement aux autres espèces de grives, elle n’est pas vraiment grégaire. On observe de petits groupes de grives musiciennes, d’une dizaine d’individus, uniquement lors des temps forts de migration.

L’Orite à longue queue

L'Orite à longue queue, un oiseau à observer en automne dans le jardin, sujet du bird-blog d'une histoire de plumes

L’Orite à longue queue (autrefois dénommée « Mésange à longue queue ») est l’un des passereaux les plus appréciés des amoureux des oiseaux du fait de sa silhouette et ses attitudes très photogéniques ! Particulièrement agile, elle est souvent observée dans des positions improbables, en train de débusquer quelque invertébré dans une haie.

Contrairement aux autres mésanges auxquelles elle a été longtemps apparentée, l’Orite à longue queue ne descend que rarement au sol pour rechercher sa nourriture. Elle se nourrit principalement d’insectes et de leurs larves ainsi que de petits invertébrés. Son habitat de prédilection ? Les boisements mixtes de feuillus et de conifères ainsi que les forêts de feuillus mais également les parcs et les jardins, en particulier ceux présentant des haies.

Contrairement aux autres espèces présentées précédemment, l’Orite à longue queue n’est pas migratrice. Elle ne s’aventure d’ailleurs guère loin de ses zones de reproduction ! Elle peut néanmoins se rapprocher des jardins en hiver, au fur et à mesure que les températures baissent, à la recherche de nourriture.

Conseil d’observation: l’Orite à longue queue est une espèce particulièrement sociable, elle vit dans des groupes familiaux avec lequel elle explore un territoire. Si vous en observez une, cherchez aux alentours: il y en a probablement une bonne dizaine autour de vous !

Le Pinson des arbres

Le Pinson des arbres, un oiseau à observer en automne dans le jardin, sujet du bird-blog d'une histoire de plumes

Même sans grande connaissance des oiseaux des jardins, il est aisé de reconnaître le Pinson des arbres, le mâle en particulier. En effet, son plumage est assez bariolé, on y trouve du brun, du gris ardoise, du châtain, des barres alaires blanches, un bec gris bleuté…Bref, il se repère facilement ! La femelle, en revanche, présente un plumage beaucoup plus discret, d’un brun terne. On retrouve néanmoins les barres alaires blanches caractéristiques.

Le Pinson des arbres est une espèce qui se plaît particulièrement dans le milieu forestier. Mais il sait s’adapter et a depuis longtemps compris qu’il pouvait tirer profit de tous les milieux arborés, ce qui en fait l’un des oiseaux des jardins les plus communs aujourd’hui.

On peut observer en France le Pinson des arbres toute l’année. Mais l’automne est une période particulièrement intéressante pour l’observer facilement. En effet, étant migratrice partielle, les populations nordiques de cette espèce vont rejoindre des cieux plus cléments pour l’hiver. Lors des migrations pré et post-nuptiale, les pinsons des arbres nichant le plus au nord vont partir en de larges bandes comptabilisant plusieurs milliers d’individus. 

Conseil d’observation: le Pinson des arbres se nourrit pour partie au sol, où il se déplace en sautillant. Il est également à rechercher dans les haies où il va rechercher des insectes (s’il en trouve encore) ainsi que des graines et des baies.

En bonus: la Chouette hulotte

La Chouette hulotte est un rapace nocturne fréquentant les milieux forestiers, il y a peu de chances que vous l’aperceviez dans un jardin en pleine ville. Toutefois, le mois d’octobre est une bonne période pour entendre son « ouuuuu » caractéristique ! En effet, les mâles vont commencer à chanter pour délimiter leur territoire et attirer des femelles en vue de la prochaine saison de reproduction. Pourquoi commencer à chanter dès l’automne ? Tout simplement pour prévenir les jeunes mâles hulottes en pleine émancipation que le territoire est déjà pris !

Et c’est tout pour aujourd’hui ! Vous avez des questions ? Une petite envie de papoter d’oiseaux ? Une idée de sujet, d’une thématique que vous souhaiteriez que j’aborde dans un article ? Retrouvez-moi sur FacebookTwitterInstagramPinterest et LinkedIn

Sources et recommandations :

Une histoire de plumes

Vous avez une question, une remarque, une suggestion ?

N'hésitez pas à me contacter en remplissant le formulaire ci-contre !

12 + 14 =

Anne Parisot

06 35 38 57 97

contact@unehistoiredeplumes.fr

Community Management

Rédaction de contenus

L'Atelier

Le Bird Blog

Mentions Légales

Politique de Cookies (UE)

Politique de confidentialité

Retrouvez Une histoire de plumes

sur les réseaux sociaux !

Copyright © 2024 - Une histoire de plumes - Tous droits réservés - Illustrations : Manon Tissidre - La Queue Touffue
error: Contenu protégé par des droits d'auteur !