Oiseaux des arbres

Comprendre

Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer les oiseaux particulièrement férus d’escalade dans l’article « Zoom sur..les pattes des oiseaux », intéressons-nous aujourd’hui à quatre espèces en particulier, des oiseaux qui demandent un peu de concentration afin de les dénicher sur les troncs d’arbres !

La Sittelle torchepot, tête à l’envers !

Et on commence par un oiseau des arbres assez facilement observable en trichant un peu car il n’hésite pas à venir chercher quelques graines aux mangeoires : la Sittelle torchepot ! Voilà un oiseau forestier qui ne dédaigne pas fréquenter des parcs, des jardins et des haies arborées.

Véritable petit « Zorro » de la forêt, on la reconnait bien grâce à son large masque noir sur l’œil, encadré par deux zones blanches. Les parties supérieures de son corps sont d’un beau gris-bleu qui contraste avec les parties inférieures tendant vers le roux.

La Sittelle torchepot est tellement à l’aise dans l’exploration des troncs qu’elle peut les parcourir sans problème…la tête en bas ! Et ce, même si ses doigts ne présentent pas la configuration très particulière des pics, que nous allons voir un peu plus bas, avec l’exemple du Pic épeiche. Elle est très active sur les troncs (cf.vidéo ci-dessous), elle recherche sa nourriture dans toutes les strates de la forêt, où elle vit à l’année. Elle est insectivore tant que les conditions météorologiques sont favorables aux insectes. Quand ceux-ci se font rares, son régime alimentaire devient progressivement granivore.

Le Grimpereau des bois, champion de l’adaptation

Voici un oiseau des arbres un peu moins connu du grand public et pourtant épatant par son adaptation à son milieu de vie : le Grimpereau des bois ! Comme leur nom l’indique, cet oiseau et son très similaire cousin le Grimpereau des jardins sont parfaitement adaptés à une vie arboricole. Le plumage très discret sur les parties supérieures de son corps le rend difficile à discerner d’un tronc. Mais son comportement très actif le rend un peu plus repérable pour l’observateur !

Pour parcourir un tronc, le Grimpereau des bois se sert de ses grippes et de sa queue rigide comme point d’appui. Il fait régulièrement de petits bonds sur le tronc.

On peut observer les grimpereaux lors de leur recherche de nourriture, à laquelle ils consacrent beaucoup de temps. Ils fouillent méticuleusement les écorces mais également les mousses et les lichens. Le long bec fin du Grimpereau des bois est parfait pour pénétrer les interstices dans l’écorce et débusquer des insectes, à n’importe quel stade de leur cycle de vie, ainsi que des araignées.

La vidéo ci-dessous pourra vous apporter quelques critères d’identification complémentaires, notamment en comparant avec le Troglodyte mignon, autre petite boule de plumes marron.

Le Pic épeiche, as de la grimpe

Et voici maintenant un représentant de la famille championne de l’exploitation des arbres : le Pic épeiche ! Il est le plus commun des pics dits “bigarrés” et l’espère la plus répandue en Europe. Son plumage noir, blanc et rouge attire l’œil instantanément, en particulier lorsqu’il se rapproche des mangeoires de nos jardins en hiver.

C’est un arboricole exclusif, il exploite les arbres tout au long de son cycle de vie. On peut le retrouver dans n’importe quel habitat, de la moyenne montagne au littoral en passant par la ville, du moment qu’il y trouve des arbres.

Il est absolument asocial et vindicatif : il ne tolère jamais la présence d’un congénère sur son territoire. Si un autre Pic épeiche s’avise de traverser son territoire, il le pourchasse violemment. Il tolère un partenaire uniquement en saison de reproduction.

Caractéristiques anatomiques communes aux différentes espèces de pics, et qui fait donc du Pic épeiche un parfait oiseau grimpeur : leurs courtes pattes robustes présentent quatre longs doigts, deux sont tournés vers l’avant et deux vers l’arrière. On dit qu’ils sont zygodactyles. Les griffes sont puissantes, leur permettant de s’accrocher aisément aux troncs.

Autre outil pour les aider dans la grimpe : leur queue est constituée de plumes, les rectrices, particulièrement rigides et pointues. Elle peut ainsi faire office de point d’appui fort utile lorsqu’ils sont en station verticale le long d’un tronc.

Enfin, le bec des pics est droit et tranchant à son extrémité. Ils peuvent ainsi creuser le bois, que ce soit pour chercher de la nourriture ou pour creuser leur loge de nidification.

Pour en savoir plus sur la famille des pics, retrouvez ci-dessous l’article qui lui est consacré :

L’Engoulevent d’Europe, expert en camouflage

Qu’on se le dise, contrairement aux espèces vues précédemment, l’Engoulevent d’Europe n’est pas ce que l’on peut appeler un « pur » grimpeur. Il ne se distingue pas par une agilité flagrante sur un tronc ou des adaptations anatomiques spécifiques à l’escalade. En revanche, l’Engoulevent d’Europe est incroyablement bien adapté à son milieu de vie car c’est un spécialiste du camouflage sur branche, ce qui le rend particulièrement difficile à observer. Il faut un peu de patience pour apprendre à le repérer sur le terrain !

En terme d’habitats, l’Engoulevent d’Europe recherche des boisements de conifères ou de feuillus, suffisamment éclaircis pour qu’il puisse circuler entre les troncs. On y entend son trille puissant en période de reproduction, émis au crépuscule. On peut également le trouver dans les landes boisées, les tourbières, les jeunes plantations voire dans des zones relativement proches d’habitations.

Espèce insectivore et crépusculaire, il se fait très discret en journée : il se repose au sol ou sur une branche, très souvent dans le sens de la longueur. Son plumage lui permet de se confondre totalement avec la végétation, ce qui le rend quasiment indiscernable. On peut le repérer lorsqu’il part en chasse le soir venu, allant capturer des papillons nocturnes, mais également en période de reproduction, lorsqu’il s’installe sur un perchoir pour lancer son chant.

La vidéo ci-dessous vous donnera l’occasion d’entendre le trille étonnant de l’Engoulevent d’Europe.

Et c’est tout pour aujourd’hui ! Vous avez des questions ? Une petite envie de papoter d’oiseaux ? Une idée de sujet, d’une thématique que vous souhaiteriez que j’aborde dans un article ? 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterInstagramPinterest et LinkedIn.

Sources et recommandations :

Une histoire de plumes

Vous avez une question, une remarque, une suggestion ?

N'hésitez pas à me contacter en remplissant le formulaire ci-contre !

7 + 2 =

Anne Parisot

06 35 38 57 97

contact@unehistoiredeplumes.fr

Community Management

Rédaction de contenus

L'Atelier

Le Bird Blog

Mentions Légales

Politique de Cookies (UE)

Politique de confidentialité

Retrouvez Une histoire de plumes

sur les réseaux sociaux !

Copyright © 2024 - Une histoire de plumes - Tous droits réservés - Illustrations : Manon Tissidre - La Queue Touffue
error: Contenu protégé par des droits d'auteur !