En chair et en os: le squelette des oiseaux

Le squelette des oiseaux

Aloha tout le monde! Je suis bien contente de vous revoir, tiens!


“Euuh, c’est trop d’enthousiasme là…Non vraiment…C’est trop.”


Mais c’est parce que j’ai des tas de trucs géniaux à vous raconter!

Allez, accrochez vos ceintures, c’est parti pour des infos fa-bu-leuses.


“Moi je suis ravi-ravi-ravi.”


L’adaptation parfaite pour le vol

Nous avions rapidement abordé la question dans un précédent article sur les plumes des oiseaux, cette structure incroyable spécifique des oiseaux. C’est cette adaptation qui leur permet d’avoir une compétence unique dans le règne animal: le vol.


“Alors là, permettez-moi de me rappelez à votre bon souvenir.”


Oulah pardon! Il est vrai qu’il n’y a pas que les oiseaux qui sont capables de voler: les chauves-souris se débrouillent particulièrement bien. Néanmoins, elles ne présentent pas ces fameuses plumes: comme tout bon mammifère qui se respecte, elles ont des poils!

Mais si les plumes sont essentielles au vol, une autre partie de leur anatomie est parfaitement adaptée pour permettre aux oiseaux d’être si agiles dans les airs: le squelette. Celui-ci doit être à la fois un support stable pour toute la musculature de l’oiseau, très sollicitée lors du vol, et le plus léger possible, afin de ne pas être un handicap en vol. Les os qui le constituent sont donc très légers. Comment? Facile: ils sont creux! Des structures internes relient néanmoins les deux parois, ce qui assure la résistance à l’os. Si les os des mammifères sont remplis de moelle osseuse, on ne la trouve que dans certains os chez les oiseaux.

Et c’est ainsi que, chez la plupart des oiseaux, le squelette ne représente que 4% du poids du corps alors qu’il est d’environ 20 à 30% chez les mammifères.


 

Notons tout de même qu’un plumage flamboyant et un squelette hautes-performances ne vous protègent pas d’une chute ridicule.


Des os uniques

Qui dit vol dit adaptations anatomiques! Ainsi, le bréchetune extension du sternum est un os typique des squelettes des oiseaux. Les muscles pectoraux qui servent aux mouvements des ailes s’y insèrent. C’est pour cela qu’il est absent chez les Struthioniformes (comme les Autruches) et particulièrement développé chez les Colibris, qui ont une musculature de vol très puissante.

De même, les clavicules sont soudés en un os unique: la furcula, appelé aussi “fourchette”. Avec les coracoïdes et les omoplates (scapulas), elle forme la ceinture scapulaire, essentielle au vol. Là encore, la fourchette est absente chez les oiseaux non-volants.

Soudés pour plus d’efficacité

Autre particularité du squelette des oiseaux: certains os du squelette se sont, au fil de l’évolution, soudés. Tous les os du crâne sont soudés et ce, sans les sutures apparentes que l’on peut observer chez un crâne de mammifère. De même, les vertèbres lombaires, sacrées et caudales ont fusionné. L’ensemble est soudé à la ceinture pelvienne, essentielle à l’insertion de muscles puissants des pattes pour le déplacement au sol.

Avoir des os soudés permet de gagner en poids, donc en efficacité en vol. La rigidité générale du squelette est également renforcée et cela permet de supporter les décollages et les atterrissages.


“Tadaaam! Balèze, hein?”

J’avoue, c’est une plutôt une jolie performance.

Allez, on se retrouve la semaine prochaine pour la suite de nos incessants bavardages!

En attendant, retrouvez notre Calendrier de l’Avent, avec chaque jour une anecdote sur les oiseaux!


Instagram UHDP



Le squelette si particulier des oiseaux Cliquez pour tweeter


Sources et recommandations:

Share this post
  , , , ,