Etonnants oiseaux des jardins !

Comprendre

Vous croyez tout connaître des boules de plumes qui fréquentent votre jardin ou votre balcon ? Vous pensez que le vitupérant Rouge-gorge ou l’adorable Orite à longue queue n’ont pas de secrets pour vous ? Détrompez-vous, les oiseaux les plus communs ont des comportements insoupçonnés qui pourraient bien vous étonner.

L’Orite à longue queue et les cadavres

Y’a-t-il oiseau plus ravissant dans nos jardins que l’Orite à longue queue, appelée autrefois « Mésange à longue queue » ? Un corps taille XXS, une longue queue, une silhouette élégante, une petite tête ronde au bec court, l’Orite coche toutes les cases de l’oiseau adorable. Si nous aimons la voir sautiller dans les buissons entourée de toute une bande de congénères, nous connaissons moins son aptitude…à dépouiller les cadavres.

Si elle n’hésite pas à s’approcher des oiseaux morts, ce n’est pas par hasard et est une étonnante preuve de sa capacité d’adaptation à son environnement. En effet, pour garnir son nid, l’Orite à longue queue a besoin d’un grand nombre de plumes. L’Orite fait partie des oiseaux qui prennent un soin tout particulier à construire un nid. Contrairement à d’autres mésanges, elle ne niche pas dans une cavité existante mais construit sa propre cavité, un nid ovale, totalement fermé, avec une ouverture dans la partie supérieure. Et pour tapisser cette superbe structure, quoi de mieux que des plumes !

Pour une isolation parfaite, mâle et femelle ont besoin d’en collecter entre 100…et 2000 ! C’est pour cette raison que les deux architectes n’hésiteront pas une seconde à dépouiller un cadavre d’oiseau trouvé sur leur territoire afin de garnir leur édifice.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pourrez constater les incroyables talents de bâtisseurs de l’Orite à longue queue.

L’Hirondelle rustique infanticide

Symbole du retour des beaux jours, oiseau à la silhouette gracile et à l’allure élégante, l’Hirondelle rustique fait partie de nos oiseaux des jardins préférés. Mais son comportement à l’égard des juvéniles pourrait bien vous faire changer d’avis !

Pour sa défense, l’infanticide ne s’observe pas uniquement chez l’Hirondelle rustique chez les oiseaux. Il faut que des circonstances bien particulières soient réunies pour ce que produise un tel comportement. Lorsqu’un mâle, pour une raison ou pour une autre, perd sa partenaire au cours de la saison de reproduction, il peut s’attaquer à un nid voisin, en éjectant tous les petits de la nichée alors que les deux adultes sont absents. Une telle perte provoque bien souvent une rupture dans les liens entre les deux parents. Le mâle solitaire peut alors s’accoupler avec la femelle, sauvant ainsi sa propre saison de reproduction (et la dispersion de ses gènes).

Le Moineau domestique et la bavette

Vous l’avez probablement déjà remarqué chez les moineaux domestiques fréquentant votre jardin : les mâles, en plumage nuptial, présentent une bavette de couleur noire sous le bec, dont la taille varie selon les individus. Cette bavette se réduit en période internuptiale. Mais le fait qu’elle soit bien visible n’est pas sans importance pour les mâles moineaux !

En effet, des études scientifiques ont montré une corrélation entre taille de la bavette et positions hiérarchiques au sein du groupe. Lorsque plusieurs mâles se rencontrent dans un espace restreint, comme autour d’une mangeoire par exemple, les individus dont la bavette atteint 4 à 5 cm dominent ceux dont la bavette est plus petite.

Fait intéressant : en modifiant artificiellement des bavettes plus petites, les observateurs se sont rendus compte que les mâles restaient toujours dominés par les moineaux à grande bavette naturelle. La taille de la bavette reflète bien leur aptitude à la bataille, il ne sert à rien de tricher !

Le ravitaillement en vol du Pinson des arbres

Superbement coloré en plumage nuptial, le Pinson des arbres fait partie de ces oiseaux des jardins qui s’observent facilement. D’un point de vue alimentaire, le Pinson des arbres présente le régime le plus diversifié de sa famille, les fringilles. Si son bec puissant lui permet de consommer des graines, il se délecte d’insectes en grande quantité au printemps et durant l’été. Les juvéniles sont ainsi entièrement nourris grâce à des insectes, riches en protéines. Pour les capturer, il peut utiliser une méthode originale.

Afin d’attraper les mouches en vol, le Pinson des arbres s’envole brièvement et peut même réaliser un court vol sur place ! Les proies animales, voire même les graines, sont ainsi capturées par la grande habileté en vol du pinson.

Mais contrairement à ses cousins de la famille des fringilles, le Pinson des arbres ne semble pas apprécier capturer sa nourriture la tête en bas, comme le fait le Chardonneret élégant par exemple. Habile en vol mais pas acrobate, le Pinson des arbres !

Et c’est tout pour aujourd’hui !

Vous avez des questions? Une petite envie de papoter « oiseaux » ? Retrouvez-moi sur FacebookTwitterInstagramPinterest et LinkedIn.

Sources et recommandations :

Une histoire de plumes

Vous avez une question, une remarque, une suggestion ?

N'hésitez pas à me contacter en remplissant le formulaire ci-contre !

4 + 6 =

Anne Parisot

06 35 38 57 97

contact@unehistoiredeplumes.fr

Community Management

Rédaction de contenus

L'Atelier

Le Bird Blog

Mentions Légales

Politique de Cookies (UE)

Politique de confidentialité

Retrouvez Une histoire de plumes

sur les réseaux sociaux !

Copyright © 2024 - Une histoire de plumes - Tous droits réservés - Illustrations : Manon Tissidre - La Queue Touffue
error: Contenu protégé par des droits d'auteur !