Une histoire d’Oiseaux: les Moineaux

Découvrez Une histoire d'oiseaux_ les moineaux un nouvel article du Bird-Blog d'une histoire de plumes

Ils sont présents partout autour de nous, ils font partie de notre paysage quotidien et ils sont pourtant fortement impactés, comme tant d’autres d’espèces, par les activités humaines qui perturbent leur survie: intéressons-nous dans ce nouveau numéro d’Une histoire d’Oiseaux à la famille des moineaux!

“Mais ça m’a l’air super tout ça! Attendez, j’appelle les copains!”

Un peu de classification

Les moineaux font partie de l’immense Ordre des Passériformes, l’ordre des oiseaux chanteurs. Ils appartiennent à la famille des Passéridés, qui comprend, en plus des moineaux, les niverolles et une espèce de Zostérops.

Ce sont des passereaux d’allure robuste, à bec conique typique des granivores. Leurs ailes sont courtes et arrondies, absolument pas “taillées” pour la vitesse comme c’est le cas chez les Martinets (Lire l’article “Une histoire d’Oiseaux: les Martinets). Cela s’explique par le fait qu’une majorité des espèces de la famille des Passéridés est en effet sédentaire.

Pour la plupart, leur plumage est plutôt discret, composé de teintes noires, brunes, grises et blanches.

Enfin, dernier point commun entre les membres de cette famille: à de quelques rares exceptions, ils ont appris à tirer des avantages à vivre non loin des habitats humains.

“On aime tellement les humains qu’on peut même imiter leurs mauvaises manières de bagarreur!”

Où voir des moineaux?

Les Passéridés sont des oiseaux dits de “l’Ancien Monde“, c’est-à-dire l’Europe, l’Afrique et l’Asie (par opposition au “Nouveau Monde” que sont les Amériques et l’Océanie). Toutefois, certaines espèces, comme le Moineau domestique, ont été introduits, que ce soit volontaire ou non, dans de nombreux pays: Etats-Unis, Canada, Australie…

A table!

Grâce à leur bec conique, les moineaux se nourrissent essentiellement de graines diverses. Ils savent parfaitement profiter de leur proximité avec l’humain pour se procurer leur nourriture. Ils vont ainsi dans les élevages, autour des silos à grains et même parfois dans les décharges! Le Moineau domestique est ainsi suffisamment opportuniste pour fréquenter assidûment les terrasses de restaurant et y grappiller quelques miettes: En période de reproduction, les moineaux ont tendance à consommer plus d’insectes (comme des coléoptères) et de larves, de petits papillons, d’araignées ou de vers de terre.

“Et puis il y a les bains aussi! D’eau ou de poussière, on adoooore les bains!”

Les moineaux en France

Il n’y a pas que le Moineau domestique en France! Nous pouvons en effet observer principalement quatre espèces dans nos régions:

  • Le Moineau domestique

Découvrez Une histoire d'oiseaux_ les moineaux un nouvel article du Bird-Blog d'une histoire de plumes

L’oiseau anthropophile par excellence! Le Moineau domestique fait tellement partie de notre paysage quotidien que, bien souvent, nous n’y prêtons plus guère attention. Il aime vivre près des habitats humains: villes, villages, jardins, gares, cimetières, parcs urbains…Le Moineau domestique est sociable et grégaire: il apprécie la compagnie de ses congénères. Il va d’ailleurs conserver ce trait de caractère même lors de la période de reproduction, nichant en larges bandes. Il est sédentaire: il s’agit probablement de l’espèce d’oiseau la plus casanière d’Europe de l’Ouest!

  • Le Moineau friquet

Le Moineau friquet est en quelque sorte le cousin des champs du Moineau domestique! Contrairement à celui-ci, mâle et femelle de Moineau friquet sont très ressemblants: le mâle présente juste des teintes un peu plus prononcées. Il se reconnaît grâce à sa calotte marron et aux joues blanches ponctuées d’un point noir sous l’oeil. Le Moineau friquet fréquente davantage les campagnes, les haies, les vieux vergers et les lisières de forêts…Il se nourrit de graines et d’insectes dont les coccinelles. Il est lui aussi sédentaire.

  • Le Moineau soulcie

Découvrez Une histoire d'oiseaux_ les moineaux un nouvel article du Bird-Blog d'une histoire de plumes

Le plumage plus clair du Moineau soulcie le différencie aisément du Moineau domestique, de même que sa taille, un peu plus grande. Son bec est également plus fort. Il présente une bande médiane pâle sur la calotte, au niveau de la tête. Dans l’ensemble, son plumage présente des motifs marqués, rayés. Mâle et femelle sont similaires: il n’y a pas de dimorphisme sexuel. Son nom anglais “Rock Sparrow” indique sa prédilection pour les milieux rocailleux. Mais en bon moineau qui se respecte, il se rapproche avec opportunisme des habitats humains si besoin. Selon les populations, il est sédentaire ou migrateur. Les populations nichant en altitude (jusqu’à plus de 4.000m!) vont redescendre vers les plaines à la mauvaise saison. Chez nous, il est possible de l’observer dans le Sud de la France.

  • Le Moineau cisalpin

Découvrez Une histoire d'oiseaux_ les moineaux un nouvel article du Bird-Blog d'une histoire de plumes

Étonnant moineau que cet “intermédiaire” entre le Moineau domestique et le Moineau espagnol (très rare en France)! La calotte, la nuque et l’arrière du cou sont châtains, les joues sont nettement blanches et le menton et le haut de la poitrine sont noirs. On peut les observer en Italie, en Corse et dans le Sud-Est de la France, en Crête et en Sicile. Ils s’hybrident avec des moineaux domestiques au nord de leur aire de répartition. Cette espèce a longtemps été considérée comme une “hybridation stable” et son statut est encore aujourd’hui soumis à discussion: espèce à part entière, sous-espèce de l’une des espèces parents…

Des oiseaux communs menacés

Le Moineau domestique est culturellement perçu comme tellement commun que ses populations ont été relativement peu suivies par les ornithologues. Les premières données alarmantes sur la diminution des effectifs sont venues de Grande-Bretagne. A l’échelle du pays, la baisse a été estimée à 62% entre 1970 et 1999, avec des disparités régionales très importantes: -95% entre 1959 et 1997 dans certains quartiers de Glasgow! On retrouve cette brusque diminution des populations ailleurs en Europe : 50% en 30 ans à Hambourg, 60% en 20 ans à Prague, 60% en 25 ans en Finlande

En France, une enquête lancée en 2003 par le Centre Ornithologique Ile-de-France et la Ligue pour la Protection des Oiseaux a conclu à une chute des effectifs dans Paris de l’ordre de 73% entre 2003 et 2016. Autrement dit, trois moineaux sur quatre ont disparu des rues parisiennes en 13 ans ! Les populations du Moineau friquet connaissent une trajectoire encore plus brutale: – 80 à 95% entre 1970 et 2000.

Ce déclin semble multifactoriel, ce qui complique la mise en place de mesures de protection. De plus, les causes semblent différentes entre le milieu rural et urbain. Plusieurs hypothèses se dégagent néanmoins pour tenter d’expliquer ce déclin massif :

  • La raréfaction des sites de nidification: les bâtiments aux façades très lisses ne favorisent pas la nidification des moineaux.

  • La suppression des cavités de nidification en rénovation, lors des travaux pour améliorer l’isolation thermique.

  • La disparition des insectes: un apport important en protéines est pourtant indispensable au nourrissage des jeunes.

  • La prédation: les chats domestiques seraient ainsi responsables, au Royaume-Uni, de 30 % de la mortalité des Moineaux.

Il est donc plus que temps de s’intéresser de près à la protection de ces oiseaux dits “communs” qui, si rien n’est fait pour les préserver, risque fort de ne plus l’être…

Besoin de quelques idées pour donner un coup de pouce aux oiseaux? Retrouvez quelques conseils dans l’article 5 actions pour aider les oiseaux”!

Vous avez des questions? Une petite envie de papoter d’oiseaux? Une idée de sujet, d’une thématique que vous souhaiteriez qu’on aborde dans un article? Retrouvez-nous sur FacebookTwitterInstagramPinterestGoogle+ et LinkedIn. Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact!

Inscrivez-vous à la Lettre d'information d'une histoire de plumes

Sources et recommandations:

Share this post
  , , , , ,