Une histoire d’Oiseaux : Sternes et guifettes

Identifier

Dans ce nouveau numéro d’Une histoire d’Oiseaux, intéressons-nous à une sous-famille des Laridés, des oiseaux délicats et élégants : les sternes et les guifettes !

Un peu de classification

Les sternes et les guifettes, sujet du nouvel article du bird-blog d'une histoire de plumes

Sterne caugek

Comme nous l’avions évoqué dans l’article sur les Laridés, cette grande Famille est composée de plus de 100 espèces d’oiseaux, parfois très différentes les unes des autres dans leurs caractéristiques physiques ou comportementales.

Si elles appartiennent à la même famille que les mouettes et les goélands, les sternes et les guifettes s’en différencient par des ailes longues et étroites et leur queue longue et fourchue. Leur élégante apparence est à l’origine de leur surnom d’ « hirondelles de mers ».

Où voir des sternes et des guifettes ?

On observe des espèces de sternes et de guifettes dans de nombreuses zones géographiques du globe. L’une d’entre elle, nous le verrons plus loin, est même une spécialiste du tour du monde !

En bon laridé qui se respecte, elles sont très dépendantes du milieu aquatique dans le déroulement de leur cycle de vie. Pour autant, on croise dans ce groupe aussi bien des espèces côtières que des oiseaux familiers des marais et lacs intérieurs. 

A table !

Les sternes et les guifettes, sujet du nouvel article du bird-blog d'une histoire de plumes

Le succès de pêche de la Sterne caugek !

Les espèces de sternes littorales sont spécialistes de la pêche de petits poissons, tels que les lançons ou les anchois. Elles sont capables d’effectuer un vol stationnaire au-dessus de l’eau le temps de repérer leurs proies. Leur silhouette aérodynamique leur permet de réaliser des piqués d’une précision redoutable !

Les guifettes et les sternes exploitant les marais intérieurs, telle que la Sterne pierregarin, sont également friandes, en plus des petits poissons, de petits insectes aquatiques ainsi que leurs larves. 

 Les Sterninae en France

  • La Sterne caugek

Les sternes et les guifettes, sujet du nouvel article du bird-blog d'une histoire de plumes

Petit oiseau marin gracile (et un peu bruyant !), la Sterne caugek se reconnait à son long bec fin noir terminé par une pointe jaune. Sa calotte noire se termine, en saison de reproduction, par une petite huppe à l’arrière de la nuque. Autre critère d’identification : ses pattes, plutôt longues, par rapport à d’autres espèces de sternes, sont noires.

La Sterne caugek est très rare à l’intérieur des terres, contrairement à sa cousine la Sterne pierregarin.

Le saviez-vous ? La Sterne caugek fait partie des oiseaux marins les plus menacés de France métropolitaine. Nichant en colonies sur les bancs de sable, elle est particulièrement sensible aux dérangements occasionnés par les activités humaines. 

  • La Sterne pierregarin

Les sternes et les guifettes, sujet du nouvel article du bird-blog d'une histoire de plumes

Si son allure ressemble beaucoup à la Sterne caugek, la Sterne pierregarin s’en différencie par quelques points. Tout d’abord, en période nuptiale, son bec effilé est rouge et terminé par une pointe noire. Ses pattes sont de couleur rouge.

La Sterne pierregarin se rencontre aussi bien les zones côtières qu’à l’intérieur des terres, dans des habitats très diver. Elle est nicheuse en France et hiverne en Afrique.

Le saviez-vous ? La modification de nombreux habitats propices à la reproduction de la Sterne pierregarin est la principale menace qui pèse sur ses populations. De plus, à l’intérieur des terres, la montée des eaux lors de crues tardives peut détruire les couvées, installées sur les grèves de sable.

  • La Guifette moustac

Les sternes et les guifettes, sujet du nouvel article du bird-blog d'une histoire de plumes

Moins connues que les « cousines » les sternes par le grand public, les guifettes n’en sont pas moins emblématiques. Calotte noire, bec et pattes rouges : la Guifette moustac se prendrait presque pour une Sterne pierregarin ! Mais à y regarder plus attentivement, on note que son bec unicolore est rouge sombre. Ses pattes sont courtes et elle est globalement bien plus petite et plus fine que la Sterne pierregarin.

La Guifette moustac se reproduit sur les marais d’eau douce, les lacs, les lagunes et les estuaires. Elle va y construire une petite plate-forme flottante en végétation aquatique, herbes et joncs. Les principaux sites de reproduction en France sont la Dombes, la Brenne, le lac de Grand-Lieu, la Sologne, le Forez et la Brière.

Le saviez-vous ? En plus de la moitié sud de l’Europe, on peut rencontrer la Guifette moustac dans de nombreuses parties du monde : Afrique, Australie, Chine, et de la Thaïlande à l’Ukraine !

  • La Guifette noire

Les sternes et les guifettes, sujet du nouvel article du bird-blog d'une histoire de plumes

Impossible de confondre la Guifette noire en période de reproduction tant son élégance se repère de loin ! Son plumage gris et noir associé à sa silhouette tout en finesse rend son identification plus simple que d’autres espèces.

Si pendant la saison de reproduction, elle se plaît dans les zones d’eaux douces intérieures, elle devient exclusivement pélagique lors de son hivernage, au large des côtes africaines.

Le saviez-vous ? En France, elle niche principalement en Loire-Atlantique, en Brière et sur le lac de Grand-Lieu, site qui abrite 80% des effectifs nationaux.

Une sterne épatante : la Sterne arctique

Les sternes et les guifettes, sujet du nouvel article du bird-blog d'une histoire de plumes

Si bien des espèces d’oiseaux sont de grands voyageurs, il y a une qui est championne dans ce domaine : la Sterne arctique ! Elle est un peu plus petite que la Sterne pierregarin, les pattes et le bec plus court, rouge vif en période de reproduction. Si elle n’y a jamais niché en grand nombre, la France a accueilli un peu plus d’une centaine de couples jusque dans les années 60. Les dérangements et la prédation récurrente ont fini par rendre cette espèce extrêmement rare en tant que nicheuse dans nos contrées.

Son cycle de vie est des plus étonnants : une fois sa reproduction dans les zones côtières de l’Arctique terminée, elle entame un long et incroyable voyage en direction…de l’autre côté du globe, vers les eaux antarctiques ! Le suivi scientifique de Sternes arctiques nichant au Groenland , en Islande et aux Pays-Bas a montré qu’entre la fin de la saison de reproduction et le début de la suivante, les oiseaux avaient parcouru en moyenne…70000km !

Ces voyages migratoires ayant lieu tout au long de leur vie, il a ainsi été calculé que certains individus peuvent parcourir plus de deux millions de kilomètres rien que pour leurs trajets migratoires, soit environ trois allers-retours Terre-Lune !

Ci-dessous, un petit résumé en images de l’incroyable performance de ces oiseaux d’à peine 100g :

C’est tout pour aujourd’hui ! Et pour en savoir plus sur les Laridés, retrouvez l’épisode d’ « Une histoire d’Oiseaux » qui leur est consacré en cliquant sur la vignette ci-dessous.

Nouvel article sur le Bird-Blog d'Une histoire de plumes! Intéressons-nous à la famille des mouettes, des goélands et des sternes: les laridés.

Vous avez des questions ? Une petite envie de papoter d’oiseaux ? Une idée de sujet, d’une thématique que vous souhaiteriez que j’aborde dans un article ? Retrouvez-moi sur FacebookTwitterInstagramPinterest et LinkedIn.

Sources et recommandations :

Une histoire de plumes

Vous avez une question, une remarque, une suggestion ?

N'hésitez pas à me contacter en remplissant le formulaire ci-contre !

6 + 8 =

Anne Parisot

06 35 38 57 97

contact@unehistoiredeplumes.fr

Community Management

Rédaction de contenus

L'Atelier

Le Bird Blog

Mentions Légales

Politique de Cookies (UE)

Politique de confidentialité

Retrouvez Une histoire de plumes

sur les réseaux sociaux !

Copyright © 2024 - Une histoire de plumes - Tous droits réservés - Illustrations : Manon Tissidre - La Queue Touffue
error: Contenu protégé par des droits d'auteur !